Déjà visiteurs: 443171 - Actuellement 64 connectés
 
 Acceuil »  Organisation »  Mot de la Directrice Exécutive du REDHAC

LE MOT DE LA DIRECTRICE EXECUTIVE DU REDHAC

NOUS Y ARRIVERONS !

Juillet 2010 - Avril 2015 ! Cela fait exactement 4 ans et 4 mois que le siège du REDHAC  est transféré à Douala. Auparavant, entre 2007-2010, il était logé à Bukavu en République Démocratique du Congo.
4 ans et 4 mois se sont donc écoulés et le REDHAC fait son chemin à partir de son siège au Cameroun, tranquillement, mais efficacement.
La 1ère lettre de présentation dans notre site web était  intitulée "A NOS MARQUES ! PRÊTS ! PARTONS !!!". Aujourd’hui c’est  « NOUS Y ARRIVERONS !!! ».
Pourquoi « NOUS Y ARRIVERONS » ? En effet, en 2011, la CADHP (Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples) pointe du doigt  les intimidations et autres représailles que subissent les Défenseurs des Droits Humains. Elle s’approprie cette situation.

 En réponse à tous ceux qui portent atteinte au travail des défenseurs des droits humains, la CADHP a répondu en adoptant lors de la 50e session ordinaire à Banjul en 2011, la Résolution 196 condamnant fermement les représailles contre les Défenseurs. Elle ne s’est pas arrêtée  là car, lors de sa 55e session ordinaire en 2014, elle adopte une 2e résolution qui met en place en son sein un point focal en charge des représailles contre les Défenseurs dirigée par  la Rapporteure spéciale de la CADHP sur la situation des Défenseurs des Droits Humains ayant pour mandat de recueillir, de documenter les cas de représailles dont sont victimes les acteurs de  la Société Civile, afin d’agir efficacement, de présenter son rapport d’activités à chaque session de la CADHP et  faire le suivi.
D’autre part, l’Union Africaine adopte au niveau régional de plus en plus de textes importants qui, appliqués par tous les Etats membres, contribueraient efficacement au renforcement et l’agrandissement des Etats de Droits sur notre continent. Il s’agit notamment de la CHARTE AFRICAINE DE LA DEMOCRATIE, DES ELECTIONS ET DE LA GOUVERNANCE.
Au niveau International,

Le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les Défenseurs, les nombreux groupes de travail Onusiens, les lignes directrices de l’Union Européenne sur la protection des défenseurs sont autant de mécanismes et d’instruments qui sont à notre portée. Nous devons les utiliser pour notre protection et pour la promotion des droits humains. Ouf !!! Que de combats  menés pour qu’on y arrive. Nous y sommes donc.
Chers Collègues   
C’est le fruit de votre combat, de notre combat commun, pour la reconnaissance du travail du Défenseur.
 Mais à côté de ce brin d’espoir, de nombreux défis restent à relever en Afrique Centrale. Il s’agit notamment de :

  • La liberté d’association et de manifestations pacifiques effectives,
  • La liberté d’expression.
  • La lutte contre l’impunité,
  • La lutte contre la corruption,
  • Les conflits ethnico-religieux,
  • La gouvernance,
  • Les tentatives et/ou modifications des constitutions,
  • Les élections libres et transparences,
  • Le terrorisme.

Les Défenseurs qui font face à ces défis, doivent jouer leur rôle d’éveil, de dénonciation et de recommandations auprès des autorités sur la nécessité de promouvoir le respect des droits pour tous ;  de protéger les défenseurs et de respecter les instruments et autres traités régionaux et internationaux librement ratifiés en matière des Droits et de l a Démocratie . Nous devons le faire sans complexe, avec fermeté, mais avec vigilance et impartialité, ceci, malgré l’ingratitude, les menaces, l’adversité et la précarité que nous rencontrons au quotidien.

Je ne peux terminer cette lettre sans rendre hommage à tous les Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale qui ont perdu leur vie depuis 4 ans dans l’accomplissement de leur travail tels, entre autres, les Journalistes Germain Kennedy Muliwauyo et Robert Chamwami Shalubuto de la RDC ; de Pius Njawe, Cyrille Germain Ngotta Ngotta et Eric Lembe et le musicien Lapiro de Mbanga du Cameroun;  de ceux qui croupissent dans les prisons tels MOWHA Franklin et YANDAL Célestin au Cameroun; de Trésor Akili, Vincent Kasereka , Gentil Mulume, Pascal Byumanine et Fred Bauma de la RDC ; à ceux qui ont été contraints à l’exil notamment le journaliste Paul Marin NGOUPANA et sa famille de la RCA et la communauté des Défenseurs de la RDC refugiés en Ouganda.

 
Organisation
 Conseil d’Aministration
 Conseil Consultatif ou point- focal
 Assemblée Générale
» Mot de la Directrice Exécutive du REDHAC
 Organigramme