Déjà visiteurs: 551051 - Actuellement 160 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  la une

North Kivu: The defender of the rights of Pygmies Thierry Barebereho KAMENA in danger Rutshuru in Democratic Republic of Congo.

 

North Kivu: The defender of the rights of Pygmies Thierry Barebereho KAMENA in danger Rutshuru in Democratic Republic of Congo.

PRESS RELEASE

Douala-North Kivu, April 20, 2015: It is with shock and outrage that the Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) is informed by formal source of the situation of defender of Pygmies rights Mr. Thierry Barebereho KAMENA Democratic Republic of Congo (RDC).

Facts:

April 11, 2015, Mr. Thierry Barebereho KAMENA Young Pygmy defender and leader was arrested by the DGM (Directorate General for Migration) in cooperation with the ANR (National Intelligence Agency) for accompanying people who had lost their voters cards and holding of national identities.

Immediately informed of the arrest, the coordination of FDAPID informed the authorities, including the Vice Governor to intervene for his release since together they are currently developing strategies for political participation of indigenous people including Mr. Thierry Barebereho KAMENA Pygmy leader, defender of human rights and graduated in Tourism and Conservation would be among the Pygmies to promote.

13 March 2015 coordinating the FDAPID contacted the Head of DGM Rutshuru Eric to have information about the case of Mr. Thierry Barebereho KAMENA who answered that the victim would already release. For confirmation of the arrest, the coordination of FDAPID contacted Mr. Thierry Barebereho KAMENA without success, and he was attached by his wife’s phone and confirms that he has been temporarily released to find the sum of (30,000 Congolese franc that is $ 33.3) for the payment of fees almond, his voter and identity card were confiscated.

From all the above,

The Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC):

Is deeply concerned about the turn of arrests of human rights defenders in Central Africa and the Democratic Republic of Congo in particular.

The Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) condemns with its last energy:

 

 The arbitrary arrest and detention which do not respect the procedures put in place by the Democratic Republic of Congo relating to stop a citizen.

 The Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) calls on the DRC authorities to:

-          Guarantee in all circumstances the physical and psychological integrity of Mr. Thierry Barebereho KAMENA;

-          Stop all arrestation and intimidation against Thierry Barebereho KAMENA and that his personal itemshould be returned to him.

Finally, the Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) calls on the DRC authorities to:

-          Provide any protection to the defender, and this in accordance with the UN Declaration of 1998 on the Defenders at that of Kigali and large bay;

-           Comply with the provisions of the Universal Declaration of Human Rights, regional and international instruments on human rights ratified by the Democratic Republic of Congo.

 

Nord-Kivu: Le Défenseur des Droits des Pygmées M. Thierry Barebereho KAMENA  en danger à Rutshuru en République Démocratique du Congo.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Douala-Nord-Kivu, le 20 avril 2015 : C'est avec stupéfaction et indignation que le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) est informé de source formelle de la situation du défenseur des droits des Pygmées M. Thierry Barebereho KAMENA  en République Démocratique du Congo (RDC).

Les faits :

Le 11 Avril 2015, M. Thierry Barebereho KAMENA  Jeune défenseur et leader Pygmée a été arrêté par la DGM (Direction Générale de Migration) avec la  collaboration de  l’ANR (Agence Nationale des Renseignements) pour avoir accompagné des personnes qui avaient perdu leurs cartes d’électeurs et tenant d’identités nationales.

Aussitôt informée de cette arrestation, la coordination du  FDAPID a saisi les autorités, notamment le Vice Gouverneur afin d’intervenir pour sa libération. En effet, M. le Vice-gouverneur et le FDAPID sont entrain de développer des stratégies pour la participation politique des populations autochtones et  M. Thierry Barebereho KAMENA, leader Pygmée, Défenseur des droits humains,gradué en Tourisme et Conservation de la Nature serait parmi les autochtones à promouvoir.

Le 13 mars 2015, la coordination du  FDAPID  a contacté le Responsable de la DGM Rutshuru,  afin d’avoir des informations  sur  M. Thierry Barebereho KAMENA. Monsieur Eric, le responsable de la DGM  a répondu que la victime avait déjà été libérée. Pour en  avoir la confirmation, la coordination du  FDAPID  a contacté M. Thierry Barebereho KAMENA  sans succès, et c’est par le téléphone de son épouse qu’il a été joint et a confirmé qu’on l’avait libéré momentanément  afin de trouver  la somme de  (30.000 Franc Congolais soit 33,3$) pour le paiement des frais d’amende,  ses cartes d’électeur et d’identité ayant été confisquées.

De tout ce qui précède,

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) s’inquiète vivement de la tournure que prennent les arrestations des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale et en République Démocratique du Congo en particulier.

 

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) condamne avec sa dernière énergie:

-          ces arrestations et détentions arbitraires qui ne respectent plus  les procédures mises en place par la République Démocratique du Congo en matière d’interpellation d’un citoyen.

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) demande aux autorités de la RDC de :

garantir en toutes circonstances, l’intégrité physique et psychologique de M. Thierry Barebereho KAMENA ;

 -  mettre un terme à toute arrestation et intimidation à l’encontre M. Thierry Barebereho KAMENA et que ses cartes d »électeur et d’identité, lui soient restituées;

 

Enfin, le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC)  demande aux autorités de la RDC :

 d’apporter toute leur protection à ce défenseur et ceci conformément  à la Déclaration des Nations Unies de 1998 relative aux Défenseurs, à celle de Kigali et de grand baie ;

-   -  de se conformer aux dispositions de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, les Instruments régionaux et internationaux aux droits de l’Homme ratifiés par la République Démocratique du Congo.

 

 

 


 

 

 
Actualités
 Dernières nouvelles
Lire aussi