Déjà visiteurs: 495420 - Actuellement 7 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  la une

COMMUNIQUE DE PRESSE

 COMMUNIQUE DE PRESSE 

Douala, le 16 Décembre 2014 : La Coalition « TROP C’EST TROP » a informé  Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) de l’interdiction de leur conférence de presse par la police Tchadienne.

Les faits :

Le 13 Décembre 2014,  la Coalition « TROP C’EST TROP » a organisé une conférence de presse sur le thème : la résiliation du contrat de concession concernant la confection des documents biométriques, de transport et des passeports ainssi que les cartes d’identité signés entre l’Etat Tchadien et la SOGECT (Société Générale de Construction d’Exploitation du service de délivrance de la carte d’identité nationale et de passeport) Tchad. 

Cette conférence devait dénoncer l’arnaque organisée entre la SOGECT (Société Générale de Construction d’Exploitation du service de délivrance de la carte d’identité nationale et de passeport)  et l’Etat Tchadien. Malheureusement la conférence a été empêchée par la police pour des raisons inavouées.

Les agents de l’ANS (la police politique de Monsieur  Déby)  auraient intervenu auprès de CEFOD (Centre d’Etude et de Formation pour le Développement) et de la maison des médias pour convaincre ces institutions  de ne pas accepter cette conférence.

Par contre le gouvernement a mis à la disposition de la Coalation « TOUCHE PAS A MES ACQUIS » des soutiens logistiques  conséquents et des moyens financiers nécessaires pour mener ses activités de désinformation de l’opinion nationale et internationale.

Inquiète de ces informations, Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

-          Dénonce avec fermeté toutes les méthodes d’intimidation, de harcèlement et de menace envers les défenseurs des droits humains au Tchad ;

-          Demande au gouvernement Tchadien de faciliter le travail des défenseurs des droits humains en respectant la liberté de réunion et d’information.

 

Aussi,

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) recommande à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) d’exiger du Gouvernement Tchadien :

Le respect de l’article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui stipule à ses alinéas 1 et 2 ce qui suit : Al.1 « Toute personne a droit à l’information » ; Al.1 « Toute personne a le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions… »

Au Conseil des Droits de L’Homme des Nations Unies (ONU) :

D’exiger des autorités Tchadienne le respect des Conventions et traités régionaux et internationaux signés et ratifiés par l’Etat de la République du Tchad. 

PRESS RELEASE

Douala, December 16, 2014: The Coalition "ENOUGH IS ENOUGH" informed the Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) the prohibition of their press conference by the Chadian police.

The facts:

December 13, 2014, the Coalition "ENOUGH IS ENOUGH" held a press conference on the theme: termination of the concession contract for the manufacture of biometric documents, transport ,passports and identity cards signed between the state and the Chadian SOGECT (General Company of Construction rescue Service Operations of the national identity card and passport) Chad.

This conference was to expose the scam organized between SOGECT (General Company of Construction Rescue Service Operations of the national identity card and passport) and the Chadian state. Unfortunately the conference was prevented by the police for ulterior reasons.

NSA agents (the political police of Mr Deby) would have intervened with CEFOD (Center for Education and Training for Development) and home media to convince these institutions not to accept the conference.

As against the government has made available the Coalition "HANDS OFF MY ACQUIRED» substantial logistical support and financial resources necessary to carry out disinformation activities of the national and international opinion

Concerned by these information, The Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC)

- Rejects firmly all the methods of intimidation, harassment and threats against human rights defenders in Chad;

- Asks the Chadian government to facilitate the work of human rights defenders respecting freedom of assembly and information.

Also,

The Network of Human Rights Defenders in Central Africa (REDHAC) recommends to the African Commission on Human and Peoples' Rights (ACHPR) to require the Government of Chad:

Compliance with Article 9 of the African Charter on Human and Peoples' Rights, which states in its paragraphs 1 and 2 the following: AL.1 "Everyone has the right to information"; Al.1 "Everyone has the right to express and disseminate his opinions ..."

The Council of the UN's Human Rights (UN):

 

Requiring Chadian authority’s compliance with regional and international conventions and treaties signed and ratified by the Government of the Republic of Chad.

 
Actualités
 Dernières nouvelles
Lire aussi