Déjà visiteurs: 535915 - Actuellement 30 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

RAPPORT DU FORUM DES ONGs A LA 49ème SESSION ORDINAIRE DE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES

Un nouveau rapport de la haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme en RDC vient d’être rendu public. De ce rapport, il ressort que la situation des droits de l’homme en RDC demeure extrêmement préoccupante, surtout dans l’est du pays. Le rapport reconnaît néanmoins quelques progrès réalisés dans le domaine. Mais ceux-ci seraient faibles et encore insuffisants.

Les principaux défis à relever en matière des droits de l’homme en RDC sont: les arrestations et détentions arbitraires et illégales, les conditions carcérales, la torture et les mauvais traitements en détention, les violences sexuelles, les violations des droits économiques et sociaux et l’exploitation illégale des ressources naturelles, la situation des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme, des victimes et des témoins, l’administration de la justice et la lutte contre l’impunité des forces de sécurité congolaises. La seizième session ordinaire du conseil des droits de l’Homme ouverte le 28 févier s’est clôturée à Genève, en Suisse.

Au cours de cette réunion, la Haut commissaire des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme au Congo a présenté le rapport sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo. Dans une des conclusions de ce document, Navi Pillay affirme que la situation des droits de l’Homme en RDC, et principalement sur le plan sécuritaire à l’Est, ne s’est pas améliorée depuis la treizième session qui s’est tenue du 1er au 26 mars 2010 à Genève.

Ce rapport ajoute que le bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’Homme au Congo continue d’enregistrer des violations graves des droits de l’Homme et du droit international par les forces nationales de sécurité et les groupes armés. C’est pourquoi la Haut commissaire encourage encore une fois le gouvernement congolais à mettre en œuvre, dans les meilleurs délais, l’ensemble des recommandations de ce rapport. Navi Pillay insiste également sur certaines recommandations formulées l’année passée par la plus haute autorité des Nations unies en matière des droits de l’Homme et dont le gouvernement congolais n’a pas encore mises en œuvre.

Parmi ces recommandations figurent en bonne place le vote des lois pouvant protéger les défenseurs des droits de l’Homme, le processus interactif entre le gouvernement de la RDC et le bureau du Haut commissaire des Nations unies au Congo, la mise sur pied d’un système permettant de certifier l’origine et d’assurer la traçabilité des minerais, le paiement de bons salaires aux agents de l’Etat en vue d’éviter de les rendre vulnérables à la corruption (sources : sites radio okapi et hcdh).

Pour lire la suite du document, cliquez ici

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi