Déjà visiteurs: 509970 - Actuellement 51 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Communiqué de Presse

Douala, le 29 mars 2011:   Baraka, Fizi, Sud Kivu en RDC - Menaces, intimidations et tentatives d’agression d’une défenseur des Droits Humains

Depuis le 19 mars 2011, Madame SANGO Batendji  , dirigeante de la Fédération des Femmes pour le Développement (FFD), dont le siège est à BARAKA, dans le Sud Kivu subit des menaces, intimidations et tentatives d’agression de la part d’individus non identifiés.

En  janvier 2011, les violences massives et intenses ont été commises envers la population civile de FIZI-Centre (Sud-Kivu) par des militaires et des hommes en armes ; dont beaucoup de militaires. Parmi les victimes, 32 femmes ont été violées. Traduits en justice, 9(neuf) d’entre eux ont été condamnés à des peines privatives de liberté, allant de 20 à 60 ans en mi-février 2011. Pendant le procès, les  femmes violées par des militaires et autres dignitaires de haut rang dans l’armée, ont été logées et protégées durant 4 jours par la Fédération des Femmes pour le Développement (FFD).

Les nuits du 19, 20 et 21 mars 2011, les individus non identifiés ont forcé les portes du domicile de Madame SANGO Batendji sans succès.

Depuis ces nuits, trois personnes en civil passent de manière régulière  au siège de la FFD et  tentent de localiser Madame SANGO Batendji en vue de l’agresser. Ne pouvant pas jusqu’à ce jour mettre mains sur elle, ces personnes  ont laissé ce message: ‘’votre chef a déjà trouvé du refuge à la MONUSCO car elle est devenue invisible. Mais un jour, elle finira par se faire livrer au mal.“

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC)

- CONDAMNE avec fermeté  les menaces, intimidations et tentatives d’agression dont  Madame SANGO Batendji fait l’objet depuis  le 19 mars 2011.

- EXPRIME tout son soutien et toute sa solidarité entière à Madame Sango BatendjiI, à toutes les femmes du FFD, à toutes les femmes Défenseures des Droits Humains au Sud Kivu et en RDC en particulier celles qui se battent au quotidien contre l’impunité et contre les viols des femmes par qui que ce soit.

- EXHORTE les autorités des pays de l’Afrique Centrale à laisser les défenseurs des droits humains à exercer en toute liberté leur travail surtout dans le contexte électoral qui prévaut dans la sous région en 2011.

Pour lire la suite, veuillez télécharger le document officiel : cliquez ici

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi