Déjà visiteurs: 520438 - Actuellement 33 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

LIBERATION PROVISOIRE DES 8 PERSONNES ARRËTEES A YAOUNDE DEPUIS LE 23 FEVRIER 2011

Je reviens vers vous afin de vous donner notre modeste aperçu sur la comparution  des 8 personnes détenues depuis le 23 février 2011 à Yaoundé et leur libération provisoire qui s’en est suivie.

Le procureur de la République du tribunal de Grande Instance du Mfoundi  à Yaoundé, avait  renvoyé les 8 détenus à la police judiciaire alors qu’ils devaient comparaître devant le parquet ce mercredi le 08 mars 2011. Ce dernier avait intimer  l’ordre à tous les agents de la police à ne laisser personne communiquer avec les 8  y compris les avocats.
C’est grâce à notre vive protestation qu’hier, le 14 mars 2011, à 19H00, ils ont été présentés devant le procureur de la République en présence de notre conseil à Yaoundé au parquet de Grande Instance du Mfoundi qui a transmis leur dossier au président du Tribunal pour Instruction.

L’affaire a été côté au Cabinet de Monsieur TOULEPI David, juge d’instruction près ledit tribunal qui selon notre conseil, après les avoir régulièrement inculpé pour tentative d’insurrection selon l’article 116 du Code pénal, leur a accordé la liberté en attendant l’instruction du dossier.

Ces 8 personnes risquent un emprisonnement de 10 à 20 ans si à l’issue de l’instruction, les charges retenues contre elles sont maintenues.

Nos trois avocats préparent en ce moment chacun une lettre de constitution à adresser à ce magistrat afin de leur permettre de savoir davantage des pièces du dossier.

Vous serez régulièrement informés du déroulement et de l’issue du procès.

La vraie bataille va commencer pour obtenir l’abandon pur et simple du procès où alors la relaxe pure et simple sans charge ;  pour un Cameroun où le droit d’expression doit être respecté.

Le REDHAC par ma voix tient à remercier son conseil juridique, la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés au Cameroun, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, les journalistes, les représentations diplomatiques au Cameroun, les organisations Internationales, les Camerounais de la Diaspora et particulièrement le représentant de Freedom House au Cameroun, M. Maxime Longangue. Vous vous êtes mobilisés spontanément et efficacement pour faire respecter les droits de l’homme dans notre pays, par la libération même à titre provisoire de ces 8 personnes. Sans vos efforts, le REDHAC ne saurait arriver tout seul.

Nous devons rester vigilants.
Maximilienne NGO MBE
Directrice Exécutive du REDHAC

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi