Déjà visiteurs: 521791 - Actuellement 92 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Comuniqué de Me Alice Nkom -

Menaces de viol, d’intimidation, risques d’arrestation et suspension des financements à l’encontre de Me Alice KOM, Présidente du Conseil d’Administration du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrales.

Me Alice KOM, militante acharnée des Droits de l’Homme en général et en particulier de la couses des homosexuels, Présidente du Conseil d’Administration du Réseau des Défenseur des Droits Humains en Afrique Centrale ( REDHAC) subie depuis quelques temps et de toutes parts, les menaces de viols, de mort, des intimidations et des risques d’arrestation et de la suspension d’une subvention reçue de l’Union Européenne par l’Association SID’ ADO ( les Adolescents face au SIDA) dont elle est la fondatrice et la marraine, pour financer le projet d’Assistance et d’Encadrement des Minorités Homosexuelles (PAEM) qu’elle a proposée a l’union Européenne à travers sa délégation au Cameroun, à la suite d’un appel à projets restreints lancé dans le cadre d’une de ses émissions extérieures de l’Union Européenne, qui est la promotion des droits de l’homme.

De l’annonce par le journal ‘’ le JOUR’’ de l’observation des financements de l’Association SID’ADO (en association avec les associations ADEFHO et COFENHO présidée par Me Alice KOM) auprès de l’Union Européenne, la présidente du Conseil d’Administration subie des menaces de morts, des intimidations, des risques d’arrestation et de suspension de cette subvention par homophobes et quelques agents de l’Etat.

De nombreuses association homophobes et agents de l’Etat ont publiquement dans les médias multiplié les appels à la haine, à la stigmatisation d’une catégorie de minorités (Gays Lesbiennes, Bisexuels et Transsexuels) et à l’arrestation et l’annulation de la subvention reçue par ses trois associations chapeautées par Me Alice NKOM.

C’est ainsi que l’association ‘’Rassemblement de la jeunesse Camerounaise ‘’ animé par M. Barley Bidjoka, «  Journaliste et porte parole de la jeunesse camerounaise «  qui a lancé une vaste campagne contre l’homosexualité dans les lycées et collèges du Cameroun demande de ‘’traquer les homosexuels, les dénoncer sans pitié aucune ‘’

Pour tout ce qui précède, le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) en sigle :

  • Condamne les propos avec fermeté les intimidations, les menaces de mort, de viols, le risque d’arrestation et de l’annulation des financements que subies Me Alice NKOM, Présidente du Conseil d’Administration du REDHAC ;
  • Condamne les propos homophobes tenus par M. Barley Bidjoka et la violation du droit à la différence
  • Condamne la stigmatisation dont font l’objet les homosexuels au Cameroun
  • Dénonce la loi du Cameroun qui interdit les associations à recevoir les financements
  • DEMANDE AUX AUTORIT2S PUBLIQUES DU Cameroun de prendre toutes les dispositions afin que les homosexuels vivent en toutes sécurité dans ce pays.
  • Demande la dépénalisation de l’homosexualité dans note pays.
  • Le REDHAC demande aux autorités du Cameroun de prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir l’intégrité physique et morale de Me Alice KOM , conformément aux articles 1 et 12.2 de la Déclaration des Nation Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme et autres conventions Internationales ratifiées par la république du Cameroun, notamment le pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques et la convention de l’ONU.

Me Alice KOM.
Douala, le 13 Janvier 2010 

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi