Déjà visiteurs: 495504 - Actuellement 88 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Condamnation arrestation arbitraire de deux journalistes en RDC

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale condamne l’arrestation arbitraire, la détention illégale et les tortures et menaces de mort perpétrées par les agents du service de l’agence nationale des renseignements d’Uvira ‘’ANR’’ en sigle en RDC sur MM. Robert Shamahamba, et Dominique Kalonzo, tous deux journalistes par les agents  par deux journalistes

Dans la matinée du Dimanche 12 décembre 2010, Mr Robert Shemahamba, responsable et animateur principal de l’émission « FRANC PARLER » à la radio Mitumba d’Uvira a  reçu 5 invités dont 4 étaient membres des partis politiques et un journaliste en la personne de Dominique KALONZO pour échanger et discuter en direct sur les antennes de cette radio autour de la portée message  du Chef de l’Etat congolais sur l’état de la Nation ainsi que sur la mégestion des fonds par l’administrateur du Territoire assistant chargé des finances d’Uvira alloués par le gouvernement central de la RDC   à la construction du stade de l’unité d’Uvira.

Après que les invités du journaliste Robert Shemahamba avaient exprimé librement leurs opinions à ce sujet, leurs propos ont été qualifiés d’outrage à l’autorité du chef de l’Etat par les autorités judiciaires et de sécurité de la place. C’est ainsi qu’ils seront recherchés et qu’en date du 13 décembre 2010  Mr Robert Shemahamba sera interpellé  par le Procureur de la République d’Uvira, M. John qui l’a soumis à un long interrogatoire et lui a privé sa liberté pendant quelques heures en ordonnant une perquisition au bureau de la radio afin de chercher les pièces à conviction des faits lui reprochés. Il sera transféré au service de l’ANR le même jour où il a passé 8  jours de détention illégale soit du 17 au 24 décembre 2010 pour les faits qu’il n’a pas commis entant que journaliste et conducteur de cette émission animée et produite en date du 12 décembre 2010 jusqu’à ce qu’il fut acheminé à Bukavu au bureau provincial de l’ANR où il a passé en plus 6 jours en détention. Il sera libéré en date du 28 décembre 2010. Il continue à vivre en insécurité et sous menaces d’être encore inquiété par le même service de sécurité à Uvira. Pour les autorités judiciaires et de sécurité d’Uvira le journaliste Robert a été interpellé et arrêté parce que les invités de son émission qui ont commis de l’outrage à ces autorités sont en fuite et qu’il avait le devoir professionnel de suspendre son émission quand il avait constaté que les invités commençaient à injurier les autorités sur les antennes de l’émetteur de sa radio.

M. Dominique KALONZO qui vivait dans la clandestinité suite aux menaces d’arrestation lui proférées par le service de sécurité d’Uvira et qui revenait ce jour là de la paroisse catholique de son quartier, il sera arrêté en date du 24 décembre 2010 à Mulongwe  par les agents du service de l’ANR qui le filaient depuis quelques jours. Quand il voulait résister à son arrestation, les agents de sécurité ont lié ses bras par des menottes et l’ont torturé publiquement. Lorsque la population qui se trouvait sur les lieux des incidents a commencé à jeter des pierres sur les agents de l’ANR afin de s’opposer à son arrestation et de le faire libérer. Ces agents ont pris fuite et Kalonzo fut libéré par la population et acheminé immédiatement  vers un poste de santé de la croix rouge du quartier après lui avoir enlevé des menottes où il a subi des soins intensifs pendant cette journée. A ce jour, M. Dominique Kalonzo vit dans la clandestinité.

Eu égard à tout ce qui précède, le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) en sigle:

-       demande aux  autorités publiques de la RDConco ,  celles du service des renseignements de la province du Sud Kivu  et en particulier celles de la sous région d’Uvira et de Fizi de mettre fin à des menaces d’arrestation et de torture en cette période pré électorale.

-       Condamne énergiquement l’arrestation arbitraire et la détention illégale du journaliste Robert Shemahamba ;

-       Condamne en outre la violation de la liberté d’expression à l’endroit des médias locaux d’Uvira en particulier et de la RDCongo en général:

-       Rappelle aux autorités judiciaires et des services de sécurité que la constitution de la RDCongo dispose à son article 17, alinéa 8 que  «  la responsabilité pénale est individuelle. Nul ne peut être poursuivi, arrêté, détenu ou condamné pour fait d’autrui » ;

-       Demande aux autorités judiciaires et des services de sécurité de mettre un terme aux tracasseries et autres formes d’intimidations à l’ égard des journalistes Robert Shemahamba et Dominique Kalonzo, ainsi qu’à leurs collègues de la Radio Mitumba et autres journalistes  des médias locaux d’Uvira qui se sont mobilisés pour dénoncer ces arrestations.

-       Le REDHAC demande aux autorités de la République Démocratique du Congo de prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir leur intégrité physique et psychologique, conformément aux articles 1 et 12.2 de

la Déclarations des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme et aux autres Conventions Internationales ratifiées par la RDC , notamment le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques et la Convention

de l’ONU contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumais ou dégradants.

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi