Déjà visiteurs: 455231 - Actuellement 42 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

LA LIBERTE D’EXPRESSION EN PERIL AU CAM

 Douala-Cameroun, le 4 Novembre 2014 : Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) s’inquiète vivement de l’atteinte à la liberté d’expression par les autorités camerounaises et vous demande d’agir de toute urgence afin que la liberté d’expression soit une garantie effective selon la Déclaration de Principes sur la Liberté d’Expression en Afrique adoptée par la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) en sa 32e session ordinaire à Banjul-Gambie du 17 au 23 octobre 2002 qui  stipule:

 

-       Partie XII  sur la protection de la réputation:

« Les Etats doivent s’assurer que leurs lois relatives à la diffamation sont conformes aux critères ci-après » :

·         Nul ne doit être puni pour des déclarations exactes, des opinions ou des déclarations concernant des personnalités très connues qu’il était raisonnable de faire dans les circonstances ;

 

·         Les personnalités publiques doivent tolérer beaucoup plus de critiques ; et

·         Les sanctions ne doivent jamais être sévères au point d’entraver l’exercice du droit à la liberté d’expression, y compris par les autres.

 

-       Partie XV relative à la protection des sources et autres documents :

« Les journalistes ne doivent pas être obligés de révéler leurs sources d’information ou autres documents détenus dans le cadre de l’exercice de leur fonction de journaliste, sauf si c’est en conformité avec les principes suivants  :

 

·         L’identité de la source est nécessaire dans une enquête ou des poursuites relatives à un crime grave, ou pour assurer la défense d’une personne accusée d’information pénale… »

 

De quoi s’agit-il :

 

1)      Depuis le 20 octobre 2014, M. Flash NDiomo, Directeur de Publication du journal Bimensuel Le ZENITH a été placé en détention provisoire à la Prison centrale de Yaoundé après une semaine de garde à vue à la police judiciaire à Yaoundé pour le fallacieux motif de « diffamation » à l’encontre du sécretaire général du Ministre des Finances, Urbain Noël Ebang MVE.

Le  bimensuel Le ZENITH que dirige M. Flash NDiomo avait publié des informations relatives aux biens mal acquis de M. Urbain Noël Ebang MVE qui, a porté plainte auprès du parquet de Première Instance d’Ekounou pour diffamation et diffusion de fausses informations.

 

2)      Le 22 Octobre 2014 :

 

Les journalistes Guy Bertin NSIGUE, Camus MIMB Stève DJOUGUELA de  Radio Sport Info (RSI) et de Mboafootball.com, site d’informations sportives  sont auditionnés au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) à Yaoundé suite à une plainte déposée depuis septembre 2014 par Messieurs Grégoire OWONA et  MINKOA SHE, respectivement Président et membre du Comité de Normalisation de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT). Il leur a été demandé de se mettre à la disposition du parquet à tout moment.

3)       28 octobre 2014 :

 

-       M. Rodrigue Tongue, chef service politique et coordonateur de la rédaction du quotidien Le Messager à Yaoundé ;

-       M. Félix Cyriaque Ebolé Bola, sécretaire général des rédactions à la South Media Corporation et président du Syndicat National des Journalistes Camerounais (Snjc) ;

-       M. Baba Wamé, journaliste et enseignant à l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (Esstic), ont comparu librement devant le Tribunal Militaire de Yaoundé afin de répondre de la plainte indiquant qu’ils « détiennent les informations qui menaceraient la sécurité nationale et n’en avoir pas alerté les autorités ». A cette audience, ils ont été inculpés pour « non dénonciation » desdites informations et les sanctions sont lourdes à savoir :

 

·               interdiction de communiquer sur cette affaire, de faire des interviews avec qui que ce soit y compris les Défenseurs des Droits Humains qui souhaitent comprendre la situation !!!

 

·               interdiction de quitter le territoire national jusqu’à nouvel ordre !!! 

 

·               obligation de se présenter devant le juge d’instruction tous les lundis à 11h !!!

 

Au vu de tout ce qui précède,

 

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

 

-          Dénonce avec sa dernière énergie la tentative de musèlement de la presse au Cameroun entretenue par les hautes autorités de l’Etat du Cameroun et qui se manifeste par  les intimidations, les filatures, les écoutes téléphoniques, les menaces de Mort et les arrestations arbitraires accompagnées des traitements inhumains et dégradants à l’encontre des journalistes;

 

-          Condamne avec fermeté :

·         la détention préventive de M. Flash Ndiomo depuis le 20 octobre 2014 à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé,

 

·         les auditions des  journalistes Guy Bertin NSIGUE, Camus MIMB Stève DJOUGUELA de  Radio Sport Info (RSI) et de Mboafootball.com, site d’informations sportives  au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) le 22 Octobre 2014 à Yaoundé,

 

·         L’inculpation de M. Rodrigue Tongue, M. Félix Cyriaque Ebolé Bola,M. Baba Wamé le 28 octobre 2014 par le juge d’instruction du tribunal militaire de Yaoundé.

 

En conséquence,

 

-          Demande la libération immédiate et sans condition de M.  Ndiomo, Directeur de Publication du journal Bimensuel le ZENITH en détention preventive à la Prison Centrale de Kondengui depuis le 20 octobre 2014 ;

 

-          Demande l’arrêt des poursuites judiciaires contre tous les journalistes camerounais et en particulier Guy Bertin NSIGUE, Camus MIMB Stève DJOUGUELA de  Radio Sport Info (RSI) et de Mboafootball.com, site d’informations sportives,  Rodrigue Tongue, chef service politique et coordonateur de la rédaction du quotidien Le Messager à Yaoundé ; Félix Cyriaque Ebolé Bola ; sécretaire général des rédactions à la South Media Corporation et président du Syndicat National des Journalistes Camerounais (Snjc) ; Baba Wamé, journaliste et enseignant à l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (Esstic) par les parquets en charge de ces dossiers.

 

-          Le REDHAC apporte tout son soutien à tous les syndicats de journalistes et à tous les journalistes qui se battent avec peu de moyens afin d’informer les populations camerounaises.

 

Aussi,

 

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) recommande à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) d’exiger du Gouvernement Camerounais :

 

-          le respect de l’article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui stipule à ses alinéas 1 et 2 ce qui suit : Al.1 « Toute personne a droit à l’information » ; Al.1 « Toute personne a le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions… »

 

-          le respect de la Déclaration de Principes de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) adoptée à sa 32e session ordinaire à Banjul-Gambie du 17 au 23 octobre 2002 plus précisément les parties XII sur la protection de la reputation, partie XIII sur les mesures pénales et XV sur la protection des sources et autres documents journalistiques cités plus haut.

 

-          la dépénalisation des délits de presse afin d’assurer la liberté d’expression conformément aux instruments régionaux librement ratifiés par ce dernier.

 

Pour toutes actions urgentes, bien vouloir écrire aux personnalités suivantes :

 

-          M. Paul Biya, Président de la République, Présidence de la République, Palais de l’Unité :

1 000 Yaoundé Cameroun

Fax (+ 237) 22 22 08 70

 

-          Premier Ministre : M. Philémon YANG :

Tél. : (+237) 22 23 92 54 / 22 23 57 60 / 22 23 57 50 / 22 21 00 42

Fax : (+237) 22 23 57 65

 

-          Ministre Délégué à la Présidence de la République, chargé de la Défense : M. Edgar A. MEBE NGO’O

Tél. : + 237 22 22 15 24.

 Fax + 237 22 23 59 71

 

-          Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : M. Laurent ESSO

Tél. : (+237) 22 23 55 56

Fax : (+237) 22 23 55 59

 

-          Secrétaire Général de la Présidence de la République : M. Ferdinand NGOH NGOH

Tél.  (+237)  22 20 04 55.

Fax : (+237) 22 22 08 70

 

-          Délégué Général à la Sûreté Nationale : M. Martin MBARGA NGUELE

Tél. : (+237) 22 20 30 93 / 22 20 22 80

Fax : (+237) 22 21 00 69

N.B. : Merci de nous tenir informé de toute action entreprise pour cette  situation.

 
 

Le  REDHAC couvre 8 pays de l’Afrique Centrale et a pour mission :

-          La protection, le soutien multiforme des  défenseurs des droits humains  sans discrimination et conformément à la Déclaration de l’Assemblée Générale des Nations Unies relative aux défenseurs et adoptée  en 1998 par tous les Etats membres ;

-          La  lutte contre les  détentions arbitraires et autres violations des droits et libertés individuelles perpétrés en Afrique Centrale, ceci  conformément aux instruments nationaux, régionaux et internationaux librement ratifiés par ces états ;

-          La  promotion d’une  justice équitable pour tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Fait à Douala le 4 Novembre 2014

 

Me  Alice NKOM                                           Roch  Euloge N’ZOBO                                 Maximilienne  Ngo  MBE

 

PCA REDHAC                                              Secrétaire CA (Congo-Brazza)                           Directrice Exécutive

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi