Déjà visiteurs: 535896 - Actuellement 11 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Déclaration

Depuis la proclamation des résultats municipaux donnant victoire à L’UNDP (Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès), en tant qu’observateur des élections dans cette localité, le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique centrale) a noté un regain de violences et exactions des dogaris du Lamido Rey-Bouba sur les populations, faisant aussi le 6 novembre 2013, quatre (4) blessés à savoir :

- M. Sajo Henri ;

- M. Moussa Ali ;

- M. Ilissio ;

- M. Ishaga.

Et un mort par balle réelle tirée par les éléments de force de maintien de l’ordre au nom de :

- M. Raoubela

Treize personnes interpellées parmi les populations et déférées au Tribunal de Première et Grande Instance de Tcholliré hier le 19 novembre 2013, il s’agit de :

- Ngong Barthélémy

- Mbere Ecrik

- Baïdje Edouard

- Ndabaï

- Ngage Robert

- Djeukou

- Gong Barthélémy

- Anbaye Jacop

- Bené Geremi

- Dingao Gilbert

- Nouhon Seïdou

- Abakar

- Nyom Marcel

Joint au téléphone hier 19 novembre 2013, pour demander la libération de ces personnes, Monsieur Djouokouo Josué le Procureur auprès de Tribunal de Première et Grande Instance de Tcholliré, nous a purement et simplement dit de le rappeler plus tard et quand nous l’avons fait, le téléphone était fermé. 

Rappelons que :

Toutes ces affrontements sont la conséquence de la situation qui prévaut à Touboro depuis plus de 2 ans entre le Lamido du Rey-Bouba avec le soutien des autorités qui inflige aux populations et plus précisement aux jeunes du Collectif de Touboro les actes dégradants et inhumains.

De tout ce qui précède,

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

- Condamne avec fermeté ces actes de barbarie qui perdurent dans la Région du Nord-Cameroun par le Lamido Rey-Bouba ;

- Condamne l’assassinat de M. Raoubela par les forces de maintien de l’ordre ;

- Dénonce le mutisme des autorités face à ce qui se passe dans cette Région.

Aux autorités Camerounaises,

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

- Exige la libération immédiate et sans conditions des personnes arrêtées ;

- Demande d’assurer la sécurité physique et psychologique des populations de Touboro ;

- Demande aux autorités Camerounaises de respecter et de faire respecter les lois nationales concernant les pouvoirs et compétences des chefs traditionnels, et le jeu democratique.

A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP),

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

- Demande de se saisir de cette affaire de Touboro, et de demander la levée a l’uminité au Gouvernement du Cameroun et de la destitution du Sénateur de Rey-Bouba qui est Lamido afin qu’il réponde devant la justice de ces actes.

                                                                              Fait à Douala, le 20 Novembre 2013

Roch Euloge N’zobo       IbrahimuSalumu Célestin     Maximilienne Ngo Mbe

Secrétaire du Conseil         Point focal du REDHAC "RDC"   Directrice Exécutive du REDHAC                                                                                                                             

 

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi