Déjà visiteurs: 550429 - Actuellement 40 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Communiqué de presse

Les faits

M. Janel Martial SIEWE KWEGUE, fait  l’objet des menaces depuis ses engagements politiques dans l’arrondissement de Yaoundé 5 pour le compte du parti M.R.C (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) en tant que délégué communal chargé des droits de l’homme et de l’intégration nationale dans le bureau communal du M.R.C de Yaoundé 5 au Cameroun et candidat pour les  élections municipales 2013 dans cette circonscription électorale.

Il a reçu des menaces par sms après chaque activité politique à savoir réunions et caravane de sensibilisation pour les inscriptions sur les listes électorales et retraits des cartes d’électeurs comme suit « nous te suivons à tous instants et t’avons à la loupe, ta famille également et tu serais avisé à tous stopper si jamais tu ne veux tout perdre ». Ces menaces proviendraient des militants du parti au pouvoir (RDPC) Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais.

Les menaces sont devenues encore plus récurrentes depuis qu’il s’est porté candidat en tant que Conseiller Municipal. Dès que le corps électoral  a été convoqué,  il  a reçu de nouveau des messages lui signalant que « si jamais tu t’avises à déposer ta candidature à la mairie de Yaoundé 5, ce serait la fin pour toi, Car cette mairie est la chasse gardée du R.D.P.C ».

Dans la nuit du 17 au 18 Juillet 2013, dans  l’enceinte d’Elecam ou ils se sont dirigés ses camarades et lui pour le dépôt de leur liste qui attendait le certificat de versement de la caution qui tardait à venir  de la trésorerie, aux   environs de 03h 33 mn il a  reçu un coup de fil venant de sa maison qui lui annonçait que sa fille était malade.

Il emprunte un taxi qui s’avère vite  être un taxi dont les occupants sont les membres du RDPC qui lui  disent de  « retirer sa candidature si non c’est la fin pour lui et pour sa famille. Ils lui disent  qu’ils ont des renseignements précis sur sa personne et sa  famille »

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) est particulièrement préoccupé par ces menaces qui visent à intimider M. Janel Martial SIEWE KWEGUE , ses camarades et tous les activistes politiques en cette période électorale au Cameroun.

-          Rappelle que   le Droit  d’appartenir à un parti politique  et de manifester est  reconnu et garantie dans la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

-          Rappelle  aussi que toute personne a le droit de constituer librement des associations avec d’autres sous réserves de se conformer aux règles éditées par  la loi. Comme stipule l’alinéa 2 de l’article 10 de  la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

-          Condamne ces actes d’intimidation

Aussi le REDHAC demande aux autorités Camerounaises :

-          -   de Promouvoir les meilleures pratiques dans l’organisation des élections justes et transparentes afin de promouvoir  la  stabilité politique et la  bonne gouvernance au Cameroun.

A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) :

-         - d’assigner aux autorités camerounaises le respect de l’article 3 alinéas 1,4,5,7 et 11 de la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la gouvernance  qui stipule:

Alinéa1 :« Le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques ».

Alinéa4 : « La tenue régulière d’élections transparentes, libres et justes ».

Alinéa5 :«  La séparation des pouvoirs ».

Alinéa7 :«  La participation effective des citoyens aux processus démocratiques et de Développement et à la gestion des affaires publiques ».

Alinéa11 :«  Le renforcement du pluralisme politique, notamment par la reconnaissance du rôle, des droits et des obligations des partis politiques légalement constitués, y compris les partis politiques d’opposition qui doivent bénéficier d’un statut sous la loi nationale ».

 

 

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi