Déjà visiteurs: 455235 - Actuellement 46 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Declaration

1)   

   « Il s’agit ni plus,  ni moins, d’une tentative insidieuse de la part de ces médias, pour faire porter la responsabilité de cet état de choses au gouvernement, et même à la justice de notre pays, en alléguant que l’on ferait fi des exactions dirigées contre les homosexuels feraient quant à elles l’objet d’une répression systématique, implacable et sans concessions » 

2)      « De nombreux activistes qui, au grand jour,  traitent des questions de l’homosexualité sous un angle favorable, corporatiste ou même promotionnel sur le territoire national, ne sont jamais inquiétés, ni par les forces de sécurité, ni par la justice, alors même que, promouvoir une activité frappée d’illégalité, constitue en soi un délit, qui aurait justifié des actions de répression contre de tels agissement ».

Le Réseau des Défenseurs des droits Humains en Afrique Centrale :-

-          - dénonce formellement les propos de Monsieur Issa TchiromaBakary et lui rappelle que de nombreux défenseurs des Droits Humains au Cameroun plus précisément ceux qui s’occupent de la question de l’homosexualité subissent de nombreuses menaces (bureaux cambriolés avec matériel de travail emporté, tentative d’enlèvement et enlèvement des membres des familles et des défenseurs eux-mêmes, les appels et sms anonymes, les filatures…)  le mutisme complice des autorités malgré de nombreuses plaintes déposées auprès des juridictions compétentes.

-        - Trouve les propos de Monsieur Issa Tchiroma Bakary inadmissibles et sans fondement ;

-      -   condamne fermement ces allégations qui encouragent la haine entre les communautés  et l’homophobie au Cameroun et exposent les défenseurs à l’impunité des coupables.

Aussi,

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC)

-       - rappelle à Monsieur le ministres que le rôle principal d’un état de droit étant de veiller à la sécurité des biens et personnes sur son sol tient pour responsable le gouvernement du Cameroun et en particulier le ministre Issa Tchiroma du moindre incident qui arriverait aux défenseurs des droits humains en général et des défenseurs des LGBTI en particulier au Cameroun ;

-      - prend à témoin la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la Communauté Internationale des propos du Ministre Issa Tchiroma Bakary, Porte-Parole du Gouvernement, qui sont de nature à l’inciter à la haine et à l’homophobie ;

-      - Demande à la justice camerounaise une fois de plus après l’affaire Bibi Ngota de faire en toute indépendance sont travail afin que les coupables de ce crime crapuleux soient punis.

 

                                                                                                 Fait à Douala, le 24 Juillet  2013

 

Roch Euloge N’zobo                        IbrahimuSalumu Célestin            Maximilienne Ngo Mbe

Secrétaire du Conseil                    Point focal du REDHAC

D’Administration du REDHAC    République Démocratique du Congo     Directrice Exécutive du REDHAC

 

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi