Déjà visiteurs: 443252 - Actuellement 25 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Déclaration

Des informations parvenues au siège du REDHAC indiquent un mouvement de troupes autour de la coalition du M23. Avec pour intention première, d’occuper le territoire congolais avant l’offensive des forces de l’ONU.

Lundi 24 Juin 2013, vers 17 heures les bataillons de l’armée rwandaise sont de nouveau entrés en territoire de RUTSHURU.

Une partie de ces hommes de troupe se trouvent au camp militaire de RUMANGABO, une autre est présentement à CHANZU, un autre groupe aurait rejoint leurs pairs de l’UPDF (armée ougandaise) à BUNAGANA.

Des indiscrétions, signaleraient la présence du Général Laurent N’KUNDA, ancien insurgé qui serait à la tête de ces bataillons.

Le 23 Juin 2013, les forces du M23 en territoire Congolais ont attaqué les personnes physiques, volé leurs biens, et commis des meurtres : M. Ndirija Ndimurwango habitant de la localité de BUHAMA, couturier âgé de 67 ans marié et père de plusieurs enfants, a été abattu vers 21 heures par une balle à la gorge pour avoir résisté à céder sa machine à coudre à un groupe d’éléments M23.

D’autres ont été blessés comme M. Zanga Kabaya Sago : vers 20 heures, il a reçu la visite des éléments M23, Des balles tirées en travers de la porte ont atteint ses jambes pour avoir refusé d’obtempérer, ces derniers le croyant mort, se sont retirés.

Aussi,

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) est préoccupé par la situation que vivent les Défenseurs des Droits de l’Homme et la population de RUTSHURU et NYRAGONGO.

Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) rappelle selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en ses article 3 qui stipule : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne »

et l’article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Enfin, Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) demande aux Autorités de la République Démocratique du Congo

- De prendre toutes les mesures nécessaires et urgentes pour assurer la sécurité physique et psychologique des Défenseurs et de la population qui s’y trouvent.

- De diligenter une enquête afin que les coupables répondent de leurs actes devant une justice équitable et juste.

 

Fait à Douala, le 27 Juin 2013

 

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi