Déjà visiteurs: 520431 - Actuellement 26 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

APPEL URGENT

Depuis la projection du film « 139 les derniers prédateurs », à l’Institut Français de Yaoundé le 13 Mars 2013. 7 personnes à savoir M. Boris Talom (acteur), Mme Bonny Maryse (actrice), M. Jacobin Yarro (acteur), M. Bang André (acteur), M. Alain Bomo et M. Meli Sylvain reçoivent des menaces sur leur téléphone portable.

Ainsi :

- le jeudi 21 Mars à 23 h 03 mn M. Boris TaaloM (acteur) a reçu un sms du numéro +237777624499 QUI ne répond plus, en ces termes : « PREVENEZ VOTRE AMI RICHARD FOUOFIE, IL COURE A SA PERTE. SON FILM S’INSCRIT DANS UN PROGRAMME DE DESTABILISATION DEJA DECODE. S’IL JOUE LES PATRIOTES IL SERA DECAPITE. NS SOMMES PROCHES DU BUT ».

- Samedi le 23 Mars à 23 h M. Fouofie Djimeli ( réalisateur) a reçu un sms du numéro 237777624499 en ces termes « M. FOUOFIE DEJIMELI, TON CERCUEIL NE SERA DE TROP. LES AMIS DE NJAWE ET AUTRES ADDEC FERONT LE DEPLACEMENT DU CIMETIERE. LE FILM DU COMPLOT S’ARRETERA ET NOTRE LONGEVITE SURVIVRA 2510197824032013YDE ».

De sources sûres, six messages environ ont été envoyés tous les 2-3 jours à 2-3 à une dizaine de personnes.

En conséquence, Le REDHAC (Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale) :

- Rappelle aux autorités Camerounaises que le Droit à l’Information, à la Liberté d’Expression et de Diffusion des Opinions des citoyens sont reconnus et garantis dans la Charte Africaine des Droits de l’Homme en son article 9 qui stipule dans ses

alinéa 1 : « Toute personne a droit à l’information »

Alinéa 2 : « Toute personne a le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions… »

C’est pourquoi , le REDHAC :

- s’insurge contre les menaces proférées à l’endroit de ces Défenseurs des Droits de l’Homme

- Demande au Commissaire Pierre Nith de mettre tout en œuvre afin que M. Richard Fouotio Djimeli soit libéré.

- Aussi le REDHAC:

tient pour responsable les Autorités Camerounaises de la sécurité de M. Richard Fouofie Djimeli et des autres Défenseurs.

- Se réserve le droit d’interpeller les Autorités Camerounaises devant les juridictions nationale, régionale, et internationale afin de répondre de la sécurité de M. Richard Fouofie Djimeli et des autres

. - Demande que cessent le harcèlement et la chasse aux sorcières des Droits de l’Homme au Cameroun .

- Demande à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), au Conseil des Nations Unies d’intervenir urgemment auprès des Autorités Camerounaises afin d’assurer la sécurité de M. Richard Fouofie Djimeli et de tous les Défenseurs victimes du harcèlement policier.

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi