Déjà visiteurs: 486017 - Actuellement 95 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Communiqué de presse

Selon les Défenseurs des Droits de l’Homme sur place, cet assaut a :

- provoqué le déplacement massif des populations pour les localités voisines.

- Entrainé de nombreux pillages des résidences des particuliers, des personnalités Etrangères et de certains membres de l’ancien gouvernement. Ces pillages sont réalisés pour la plupart selon nos collègues par les rebelles de la SELEKA et quelques groupuscules de gangsters.

- De source digne de foi, de nombreux cas de violations des Droits de l’homme ont été signalés dans le pays et particulièrement à Bangui.

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

- Qui est fortement préoccupé par cette situation nouvelle rappelle à toutes les parties et en particulier aux rebelles ce qui suit :

L’article 23 Alinéa 1, 2 et 3 de la Charte Africaine des Démocratie des Elections et de la bonne Gouvernance stipule que :

Al1 : « Tout putsch ou coup d’Etat contre un gouvernement Démocratiquement élu »

Al2 : « Toute Intervention de mercenaires pour inverser un gouvernement Démocratiquement élu »

Al3 : « Toutes interventions de groupes dissidents armés ou de mouvements rebelles pour renverser un gouvernement Démocratiquement élu »

Demande :

a) Aux rebelles d’assurer :

- la protection des biens et des personnes en République Centrafricaine :

- La sécurité et la protection des Défenseurs suivant la Déclaration des nations Unies de 1998, de Paris qui souhaitent simplement faire leur travail de défense des Droits de l’Homme ;

b) A la Commission Africaine de :

- demander aux pays de l’Union Africaine d’appliquer les sanctions prévues par la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance qui stipule dans ses objectifs au chapitre

Sanctions en cas de chandements inconstitutionnels de Gouvernement que .

« Tout Push on coup d’Etat, intervention mercenaire, action de la part de rebelles armés ou action dissidente contre un gouvernement élu démocratiquement sera sanctionné par l’UA… »

Au Conseil des Droits de l’Homme des nations Unies

- D’accompagner les Etats membres de l’Union Africaine à respecter la Charte Africaine des Droits de l’homme et des Peuples et la Charte de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance et les autres instruments Onusiens en ce concerne la situation en République Centrafricaine.

NB : Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains (REDHAC) couvre 8 pays à savoir (Le Cameroun, le Gabon, la République Centrafricaine, le Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo, la Guinée Equatoriale et Sao Tomé et Principe le Tchad

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi