Déjà visiteurs: 443264 - Actuellement 37 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

COMMUNIQUE DE PRESSE

Maître Fabian Nsue Nguema, avocat Equato-Guinéen et militant des Droits de l’Homme est porté disparu depuis le lundi 22 octobre 20012.

Constitué comme Conseil de Monsieur Agustin Esono Nzogo,militant du parti d’opposition « Union Populaire » ce dernier, Directeur et Propriétaire du collège San Agustin de Bata Me Fabian Nsue Nguema n’a pu obtenir un droit de visite depuis son arrestation arbitraire à Bata et son incarcération clandestine à la prison Black Beach de Malabo depuis le 17 octobre 2012 sans motif.

Maître Fabian Nsue Nguema a essayé de localiser son client sans succès, lorsque l’après-midi du 22 Octobre 2012, il reçoit un appel téléphonique du Commissaire de Police, le Lieutenant-colonel Liborio Obama lui donnant rendez-vous à la Prison Black Beach.

Ce 22 Octobre 2012, à 17 Heures, répondant à un appel téléphonique de son épouse, il confirmait sa présence à la prison de Black Beach devant laquelle, il attendait l’arrivée du Régisseur pour accéder à l’intérieur. Depuis ce jour Me Fabian Nsue Nguema n’a plus donné signe de vie ; sa voiture reste toujours garée sur le parking de la prison Black Beach.

Le paradoxe c’est que les Autorités de la prison assurent à son épouse que son époux n’est pas détenu dans cette prison Il convient de rappeler que Me Fabian Nsue Nguema a été banni de son travail comme fonctionnaire au Ministère des Affaires Etrangères en 1994, à cause de son militantisme pour la démocratie, le respect des droits humains, il est par ailleurs membre « Union Populaire » du parti d’opposition.

En 2002 pendant 6 mois, il a été incarcéré et torturé pour « insultes » au Président Obiang Nguema Mbazogo,.

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :

. Rappelle que conformément au Pacte Relatif aux Droits Civils et Politiques en son article 9 alinéa1 qui stipule : « tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut faire l’objet d’une arrestation ou d’une détention arbitraire »

. conséquent, le REDHAC :

-  Condamne fermement l’enlèvement et la mise au secret de Me Fabian Nsue Nguema ;

- Exige sa libération sans condition ;

- Rappelle aux Autorités de la Guinée Equatoriale qu’elles ont le devoir d’assurer la sécurité de tous les citoyens ;

- Tient pour comptable le gouvernement de la Guinée Equatoriale pour tout ce qui pourrait arriver à Me Fabian Nsue Nguema et lui demande d’ouvrir une enquête afin que les coupables soient punis

. A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de :

- Exiger du gouvernement Equato-Guinéen la libération immédiate et sans condition de Me Fabian Nsue Nguema ;

- Demander aux autorités de la Guinée Equatoriale le respect de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et de toutes les conventions et instructions africaines relatifs aux droits ratifiés par cette dernière

Au Conseil des Droits de L’Homme des Nations Unies (ONU) de :

- Demander aux autorités de la Guinée Equatoriale de se conformer à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

- Garantir la protection des Défenseurs des Droits de l’Homme sur son territoire ;

- Se conformer aux dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme adopté en 1998 et du Pacte International Relatif aux Droit Civils et Politiques des Nations Unies ;

-  Diligenter une enquête pour savoir les raisons de cette arrestation clandestine et punir les auteurs.

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi