Déjà visiteurs: 521776 - Actuellement 77 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

DECLARATION DU REDHAC

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) suit avec attention les procès des sieurs Eric Kingué à la Cour d’Appel de Douala, Thierry Atangana, Titus Edzoa et les autres au Tribunal de Grande Instance de Mfoudi à Yaoundé.

 En tant qu’observateur depuis plusieurs mois de ces procès, le Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme constate :

1) Pour Monsieur KINGUE Eric

Qu’après les réquisitions de la partie civile (Ministère public) exposées aujourd’hui le 30 Janvier 2012 à la Cour d’Appel de Douala, Monsieur Eric KINGUE fait l’objet d’un acharnement judiciaire car selon la dite partie civile, il lui ai reproché le détournement sans aucune preuve ni pièce fournie de 1 400 000 FCFA (Un million quatre cent mille francs CFA) en tant qu’ancien Maire de Njombé-Penja.

2) pour Monsieur Thierry ATANGANA, Titus EDZOA et autres

Après leur reexamination in chief par leurs conseils respectifs et les avocats du Ministère public, les motifs d’accusation sont sans fondement avec une absence criarde de preuve et de pièces qui justifient les tentatives de détournement en coaction. Comme pour le premier cas, le REDHAC considère que c’est un acharnement judiciaire ;

C’est pourquoi :

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) ;

- reste préoccupé par l’acharnement judiciaire mis en marche contre ces citoyens.

- Considère après le suivi des procès qu’ils sont purement et simplement politique et demande à toutes les représentations diplomatiques, les Associations Internationales d’œuvrer afin que cesse des procès politiques au Cameroun.

- Déplore les méthodes utilisées par les autorités camerounaises qui consistent vraisemblablement à maintenir ces personnes en prison ;

- Aussi, le REDHAC demande Au gouvernement Camerounais :

- D’exiger des magistrats de dire le droit en libérant sans condition et à l’immédiat Messieurs KINGUE Eric et Thierry ATANGANA, Titus EDZOA et les autres qui croupissent inutilement dans les prisons depuis plus de 14 ans pour certains ;

- De réparer les préjudices causés à ces personnes ;

- De revoir les procès de tous ceux qui sont arrêtés dans les mêmes conditions que ceux cités plus haut afin de procéder à une instruction judicaire diligente.

A La Commission Africaine des Droits de L’Homme et des Peuples :

- D’exiger des Autorités Camerounaises :

1) de dire le droit et de libérer sans condition et à l’immédiat messieurs Eric KINGUE, Thierry ATANGANA, TITUS EDZOA et tous les prisonniers d’opinion ; .

2) De respecter les engagements librement pris à savoir la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Bonne Gouvernance ;

3) De réparer toute préjudice matériel, physique, psychologique et moral par ces citoyens ; Au Conseil des Droits de L’Homme des Nations Unies : De considérer ces cas comme les prisonniers d’opinion afin d’exiger des Autorités Camerounaises :

a) La libération sans condition et à l’immédiat Eric KINGUE, Thierry ATANGANA, TITUS EDZOA et tous les autres prisonniers d’opinion ;

b) De se conformer et de respecter les dispositions du Pacte International pour les Droits Civils et Politiques des Nations Unies et tous les autres instruments relatifs au respect de la démocratie et de la bonne gouvernance.

 

Me Alice NKOM                  Roch N'ZOBO                 Paulette OYANE               Edith DOUZIMA          Delphine DJIRAIBE     Maximilenne NGO MBE

Présidente du Conseil      Secrétaire du Conseil       Conseiller  Jusridique       Conseiller  Juridique        Conseiller                Directrice Exécutive

d'Administration                   d'Administration                       Gabon                             RCA                        Tchad                       Cameroun

Cameroun                            Congo Brazzavile

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi