Déjà visiteurs: 537242 - Actuellement 76 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Réseau des défenseurs des Droits Humains en Afrique centrale (REDHAC) est profondément préoccupé par l’arrestation et la détention arbitraire de M. DEUZOUMBE Daniel Passalet, Président de l’Association Droits de l’Homme Sans Frontières (DHSF), et conseiller du REDHAC au Tchad, arrêté le 19 Décembre 2011. Il a été accusé de "dénonciation calomnieuse" dans le cadre d'une interview à la radio le 18 Décembre 2011. Selon Daniel Deuzoumbe Passalet, ses avocats et les organisations des Droits Humains locaux, sa détention est en relation avec une interview sur Radio France Internationale (RFI) qui a eu lieu le 18 Décembre 2011. Pendant l'interview, il a dénoncé l'obstruction de l'enquête sur la mort de 10 hommes en détention dans la ville méridionale de Léré et l'assassinat du chef du village de Matta-Léré et ses trois assistants en Septembre 2011. Il aurait dit à RFI que la veuve du chef du village a été kidnappé par les forces de sécurité afin de l'empêcher de retirer une plainte de "dénonciation calomnieuse" qu'elle avait déposée contre le leader de l'opposition et membre du parlement de Saleh Kebzabo en liaison avec la mort de son mari. Le 17 Octobre 2011 Daniel Deuzoumbe Passalet a été menacé à la radio et à la télévision nationale par des représentants du gouvernement tchadien après une déclaration de presse par DHSF et une interview basée sur N'Djamena Radio FM Liberté le 3 Octobre 2011. Dans l'interview, il a dénoncé l'impunité qui a entouré la mort des 10 hommes, l'assassinat du chef de village et ses trois assistants, ainsi que la question des enlèvements d'enfants qui se déroulent dans la région dont voici les faits : Le 17 Septembre 2011, neuf hommes sont morts d'asphyxie quatre heures après avoir été détenu dans la gendarmerie nationale dans la ville de Léré dans la région du Mayo-Kebbi Ouest, le sud du Tchad. Certains des hommes ont été soumis à des mauvais traitements lors de leur arrestation. Les autres détenus à la gendarmerie ont été transférés à la prison de N'Djamena Central où un autre homme, Bouba Hamane, est décédé plus tard. Les dix hommes ont été parmi près de 47 personnes accusées d'implication dans la mort du chef de Matta-Léré village. Le chef du village et ses trois assistants ont été tués en Septembre par un groupe de villageois. Le REDHAC : Condamne avec fermeté l’arrestation et la détention arbitraire de son conseiller et défenseurs, Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet ; Exprime son inquiétude quant au non respect des lois de la République Tchadienne qui garantissent la liberté d’expression ; Craint que cette détention soit un recul des acquis de la démocratie en République du Tchad et a pour but de museler les défenseurs de Droits Humains au Tchad ; Met en garde le Gouvernement Tchadien en particulier, mais aussi tous les gouvernements de l’Afrique centrale contre toutes les exactions commises contre les défenseurs des Droits de l’Homme ; Appelle les organisations nationales, régionales et internationales à faire la pression afin que le conseiller du REDHAC, Activiste et Président de l’Association des Droits l’Homme Sans Frontières au Tchad (DHSF) retrouve sa liberté. Au Gouvernement Tchadien, le REDHAC recommande De libérer sans condition Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet notre collègue défenseur. De prendre toutes mesures nécessaires pour assurer la protection physique et moral de Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet et de tous Défenseurs des Droits Humains au Tchad ; De garantir la protection des Défenseurs des Droits Humains contre les entraves dans l’exercice de leur fonction ; De respecter en toute circonstance les engagements pris par le Gouvernement Tchadien en matière des Droits Humains et le Droit à la vie. A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples D’exiger du Gouvernement Tchadien le respect de ses engagements concernant la protection des défenseurs des droits humains tel que stipulé dans la déclaration de Kigali et du Grand Barré ; D’exiger du Gouvernement du Tchad par son pouvoir d’assurer la protection de Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet ; De faire respecter les libertés d’information et d’expression des Tchadiens. Au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU De demander aux Autorités de la République du Tchad ; De garantir la sécurité physique et psychologique de Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet et des défenseurs des droits humains au Tchad ; De se conformer aux dispositions des Nations Unies sur les défenseurs des droits humains. Pour toutes Actions en faveur de Monsieur DEUZOUMBE Daniel Passalet : Président de la République M. Idriss Deby Présidence de la République BP 74 N'Djamena, République du Tchad Courriel: http://www.presidencetchad.org/nous_ecrire.php Ministre des Droits de l'Homme Amina Kodjiyana Ministère des Droits de l'Homme BP 169, N'Djamena République du Tchad Courriel: droittchad@yahoo.fr Ministre de la Justice Garde des Sceaux Monsieur Abdoulaye Sabre Fadoul Ministère de la Justice BP 426, N'Djamena République du Tchad

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi