Déjà visiteurs: 535895 - Actuellement 10 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

Communique de Presse

Le Réseau Des Défenseurs Des Droits Humains En Afrique Centrale est consterné par le Harcèlement et la Surveillance de Madame EPOSSI Adeline défenseure des droits Humains, Directrice du Centre d’écoute de l’Association de Lutte Contre les Violences Faites aux Femmes (ALVF-Littoral) Douala .

Le lundi 07 Novembre 2011, autour de 15h, un individu non identifié a tenté de la prendre en photo alors qu’elle sortait de son bureau ;a l’aide de son sac à main ,elle s’est couvert le visage ,l’inconnu s’est éloigné précipitamment.

Le Mardi 22 Novembre 2011, deux semaines après un autre individu male, non identifié à tenté de reproduire le même acte, elle s’est encore couvert le visage et l’inconnu s’est une nouvelle fois éloigné

Le mercredi 23 Novembre 2011, aux environs de à 10h30 alors qu’elle descendait du taxi, un autre individu posté devant son bureau a passé un coup de fil puis l’a suivie, s’étant arrêtée brusquement, le monsieur s’est arrêté aussi et est retourné rapidement sur ses pas.

Quelques mois avant Madame EPOSSI Adeline, a eu des altercations mineures avec ses voisins pour des questions d’ordre domestiques. S’il est vrai que le Centre d’écoute de l’Association de Lutte Contre les Violences Faites aux Femmes traite des problèmes sensibles relatifs à la vie des couples et des ménages, Madame EPOSSI Adeline ne se connait pas d’ennemis déclarés ; par conséquent

Le Réseau Des Défenseurs Des Droits Humains En Afrique Centrale :

- s’inquiète de la surveillance répétée et des tentatives répétées de la prendre en photo ;

- considère ces actes comme des actes d’intimidation et des menaces contre la personne de Madame EPOSSI Adeline en vue de l’empêcher de mener à bien sa mission auprès des femmes violentées ;

- considère que le harcèlement et la surveillance dont fait l’objet Madame EPOSSI Adeline sont motivés par son travail légitime au sein de l’ALVF ;

- s’interroge sur l’attention particulièrement déstabilisante des individus malfamés en la personne de Madame EPOSSI Adeline ;

- craint que cet intérêt subit de la personne de Madame EPOSSI Adeline ne débouche sur l’atteinte de son intégrité physique et phycologique ;

- rappelle que l’activité de Madame EPOSSSI Adeline au sein de l’ALVF contribue à l’amélioration des droits humains notamment le droit à la vie comme stipule l’article 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme « toute personne a droit à la vie à la liberté et à la sureté de sa personne ».

Aux Autorités Camerounaises,

le REDHAC demande instamment de :

- Ouvrir une enquête judiciaire sur les actés de surveillance dont fait l’objet de madame EPOSSI Adeline et les tentatives de la photographier ;

- Prendre tout mesure nécessaire afin d’assurer l’intégrité physique et psychologique de madame EPOSSI Adeline, afin qu’elle puisse continuer son travail de défenseure des droits Humains sans crainte ;

De veiller à ce que tous les défenseurs des droits de l’homme au Cameroun, exerçant leurs activités légitimes de défense des Droits Humains, soient en mesure d’opérer sans restrictions ni représailles.

Pour toutes actions urgentes,

veuillez contacter :

- Premier Ministre : Philémon YANG :

Tél. : (+237) 22 23 92 54 / 22 23 57 60 / 22 23 57 50 / 22 21 00 42

Fax : (+237) 22 23 57 65

- Délégué Général à la Sûreté Nationale : Martin MBARGA NGUELE Tél. : (+237) 22 20 30 93 / 22 20 22 80

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi