Déjà visiteurs: 442579 - Actuellement 14 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale, (REDHAC) est profondément préoccupé par l’arrestation, la détention arbitraires et les traitements inhumains et dégradants que subissent 17 Camerounais, arrêtés par les éléments de la légion de gendarmerie de Bonanjo depuis le mardi 04 Octobre 2011 à 14 heures au quartier Bonaberi au lieu dit « entrée Bojongo ».

Selon les informations de sources dignes de foi qui son parvenues au REDHAC. Monsieur MBoua Massock coordonnateur du Conseil National de la Refondation à prévu un meeting à Bonaberi le 06 Octobre 2011 à 12H en vue de faire appel au boycott de l’élection présidentielle du 09 Octobre 2011. Pour cette préparation 53 jeunes de son parti ont été mobilisés pour la distribution des tracts apelant les citoyens à assister à ce meeting. La distribution des tracts qui a commencé en face de la Société Nestle Cameroun de Bonaberi fut interrompue au lieu dit entrée Bojongo par les éléments de la légion de Gendarmerie de Bonanjo qui ont interpellés 17 parmi les 53 militants et les ont roué de coups de matraques en leur intimant l’ordre de s’asseoir à même le goudron en plein soleil pendant 1 heure .Ils ont été conduits dans une pick-up pour la légion de gendarmerie de Bonanjo où ils ont passé la nuit dans des conditions dégradantes et inhumaines et le lendemain 13 furent transférés à la Brigade de Gendarmerie du Port de Douala. Ils doivent être présentés ce jour du vendredi 07 octobre 2011 devant le procureur pour trouble à l’ordre public et perturbation de la tenue de l’élection présidentielle.

Le REDHAC Condamne avec fermeté cette arrestation arbitraire et la détention de ces jeunes.

Exprime son inquiétude quant au non respect des lois de la République qui garantissent le droit de manifester pacifiquement.

Rappelle que La liberté d’expression, la liberté de manifester pacifiquement, d’appartenir à une association ou un parti politique sont des droits qui sont inscrits dans le préambule de notre constitution. Aussi,

Le REDHAC demande aux autorités de la République du Cameroun de:

- laisser les avocats, parents et organisations de défense des droits de l’homme communiquer avec les supposés mis en cause ;

- libérer à l’immédiat et sans condition ces personnes au vue des délais de détention préventive dépassés;

- garantir l’intégrité physique et psychologique des 17 jeunes arrêtés

; - prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des défenseurs des droits humains, des militants des partis politiques durant cette période électorale en particulier, Au Conseil des Droits de L’homme de l’ONU

- De demander aux autorités de la République du Cameroun de garantir la protection des défenseurs des droits de l’homme sur son territoire

- De se conformer aux dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des droits de l’Homme ;

- De demander aux Etats de l’Afrique Centrale de s’engager publiquement à inclure dans leurs législations des dispositions pour la protection des défenseurs des droits de l’homme.

A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples :

- D’exiger du gouvernement Camerounais, le respect de ses engagements concernant la protection des défenseurs des droits de l’homme tels que stipulés dans les Déclarations de Kigali et de Grand Baie ;

- De soutenir le plaidoyer pour la protection des défenseurs des droits humains en exigeant des Etats Africains de s’engager publiquement et fermement à prendre des mesures pour la protection effective des droits de l’homme ;

- De faire respecter les libertés syndicales et le droit d’appartenir à une association, parti ou autre organisation et les manifestations pacifiques et publiques.

Pour toute action urgente :

Contacter Premier Ministre Philémon YANG :

Tél. : +237 22 23 92 54 /22 23 57 60/22 23 57 50/22 21 00 42

Fax : + 237 22 23 57 65

Vice premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Amadou Ali

Tél. : +237 22 23 55 56

Fax : +237 22 23 55 59

Délégué Général à la Sûreté Nationale : Martin Mbarga Nguélé

Tél. : +237 22 20 30 93 22 20 22 80

Fax : 22 21 00 69

Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation : Marafa hamidou Yaya

Tél. : +237 22 23 10 56

Fax : +237 22 22 63 32

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi