Déjà visiteurs: 471279 - Actuellement 81 connectés
 
 Acceuil »  Actualités »  Dernières nouvelles

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) a appris de sources concordantes, que monsieur KALIGITO TOTO a été abattu à bout portant par balle dans la cours de sa parcelle, par des hommes armés dans la nuit du 24 au 25 juillet 2011 , vers 20heures.

Une semaine avant sa mort , le feu KALIGITO avait reçu des menaces par l’agent de l’agence nationale de renseignement « ANR » , monsieur NYAMUZITU KAZIGALA en complicité avec l’agent du B2 du 104e régiment , tous deux basés à Rubanga , soit disant le feu avait dénoncé leurs tracasseries des arrestations et détentions arbitraires par écrit commises par ces deux agents cités ci-haut dont une copie a été réservée à l’organisation ACMEJ à titre d’exemple. Signalons que l’habitation du feu KALIGITO se situe au milieu d’un camp militaire et d’une position des militaires située à 1 mètre du 104 régiment militaires basés à RUBANGA. Le feu pauvre défenseur des droits humains âgé de 59 ans , laisse une veuve et 6 enfants. En date du 29 au 30 juin 2011 , ces agents cités ci-dessus , avaient arrêtés deux personnes disant qu’ils étaient des mineurs enrôlés par la CENI , leur demandant une somme de 5000 franc congolais et une poule pour leur libération. C’est ça le début du conflit qui a engendré la mort de notre collègue KALIGITO. Apres avoir abattu le feu , ces mêmes assaillants ont visité des autres maisons à Kibungu où un autre résident de la localité de KIBUNGU était blessé par balle et ravi 460$ , et dans l’autre famille , ils ont emporté une somme de 20$ et bash lors de leur passage. Selon certaines enquêtes sur terrain , plusieurs sources , y compris le S2 du 104e régiment , le capitaine Chikose , nous ont indiqué qu’il reste trois autres personnes à abattre y compris le chef d’antenne de l’organisation ACMEJ et activiste des droits humains , monsieur JULES BUKOROKA MABUNDO ; signalons qu’en date du 18 juillet 2011 monsieur JULES MABUNDO, avait reçu de menaces par l’agent de l’ANR NYAMUZITO : « que coùte que vaille il montrera au défenseur qu’il est fort que lui, s’il ne cesse de lui dénoncer ».

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC):

1. Condamne avec la dernière énergie les violations flagrantes et assassinats en RDC sur monsieur KALIGITO TOTO , les habitants de Kibungu en particulier et les Défenseurs des Droits Humains en général ;

2. Adresse ses vives condoléances à tous les membres de l’organisation ACMEJ, aux membres de sa famille et à tous les Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale et en République Démocratique du Congo ;

3. Apporte tout son soutien aux membres de l’organisation ACMEJ et à tous les Défenseurs des Droits Humains victimes des assassinats et toutes sortes de menaces en République Démocratique du Congo et en Afrique centrale ;

4. Craint que l’assassinat de monsieur KALIGITO TOTO ne soit un début d’une nouvelle série qui a pour but de faire taire les Défenseurs des Droits Humains en République Démocratique du Congo ;

5. Met en garde le gouvernement Congolais en particulier, mais aussi tous les gouvernements de l’Afrique Centrale contre toutes les exactions commises contre les Défenseurs des Droits de l’Homme. Au gouvernement Congolais

le REDHAC recommande :

- D’ouvrir, sans délai, une information judiciaire sur l’assassinat de KALIGITO TOTO afin que les auteurs de ce crime soient identifiés et traduits devant les juridictions compétentes ;

- De prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer à la famille de notre collègue assassiné la protection physique et morale et de s’assurer de leur bien être au quotidien ;

- De garantir la protection des défenseurs contre les menaces et entraves dans l’exercice de leur fonction;

- De respecter, en toute circonstance, les engagements pris par l’Etat Congolais en matière de respect des droits des défenseurs ainsi que le respect du droit à la vie ;

A la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples :

- D’exiger du gouvernement Congolais le respect de ses engagements concernant la protection des défenseurs des droits de l’homme tel que stipulés dans les Déclarations de Kigali et de Grand Baie ;

- D’exiger du Gouvernement Congolais de faire arrêter les vrais coupables et de les juger selon la réglementation en vigueur en République Démocratique du Congo ;

- De soutenir le plaidoyer pour la protection des défenseurs des droits humains en exigeant des Etats Africains de s’engager publiquement et fermement à prendre des mesures pour la protection effective des droits de l’homme dans leur législation;

 
Actualités
» Dernières nouvelles
Lire aussi